Gigi Bigot: Interview

gigi photo
Gigi Bigot figure parmi les plus réputés des conteurs d’aujourd’hui. Ses spectacles circulent en France, aussi bien qu’à l’étranger! Elle est la marraine du Festival de Littérature jeunesse « La Maman des Poissons », qui se déroule jusqu’au 20 novembre à Pézenas. Elle présentera, entre autres, un spectacle et une conférence sur le thème de l’oralité, et compte ensuite se consacrer à la recherche. Elle a accepté de répondre à nos questions :

Gigi, comment es-tu devenue conteuse ?

« Jusqu’en 1989, j’ai été enseignante à l’école expérimentale de Guénouvrya uprès d’enfants autistes et psychotiques. On m’a demandé d’y conduire un atelier thérapeutique autour du conte.Je ne connaissais alors rien au conte, mis à part des récits traditionnels en patois breton, et détenus par les hommes, et j’en avais une idée plutôt négative, passéiste. J’ai lu des histoires de tous les pays du monde, et j’ai été estomaquée par leur richesse : Un monde fabuleux s’ouvrait à moi. Grâce à un stage avec Bruno de la Salle, en novembre 85, j’ai pris pied dans le monde des néo-conteurs. Puis, la rencontre avec Pépito Matéo, m’a amenée vers le renouveau du conte. Sans cesser d’aimer mon travail d’enseignante, j’ai peu à peu fait le choix d’arrêter. Dans les premiers temps je racontais en patois. Pour les adultes, je suis ainsi devenue un peu comme une représentante moderne de la Bretagne. Cela m’a permis aussi de donner une couleur personnelle à ma parole. »

Il y a le travail scénique, mais aussi un travail vers la petite enfance :

« A travers les spectacles, j’ai découvert ce qu’était un plateau, un régie, des musiciens. Mon travail avec le groupe « Ainsi soient-elles », composé de 5 conteuses, m’a beaucoup appris. Pourtant, je reste une militante de l’enfance. Lors d’une conférence à Chevilly la Rue, je me suis aperçue que les conteurs avaient des choses très diverses à dire. Pour ma part, je pense qu’on a beaucoup à apporter aux enfants à travers le conte. A quatre ans, un enfant est attaché à la musique des mots, mais on peut aussi lui dire des choses sur l’amour, le fait de grandir, l’humour et la poésie. Ils ont aussi besoin d’une parole vraie. C’est le thème central de la conférence de mercredi ».

Les projets ?

« Le Festival de la Maman des Poissons à Pézenas sera mon avant-dernier contrat : J’ai pris la décision d’arrêter les spectacles pour me consacrer à la recherche, et faire un Master 2. Il y a deux ans, j’ai fait un Master 1 sur le thème « Contes et Rêves », qui a abouti à un travail de recherche de 50 pages. Je souhaite également travailler sur le conte populaire, c’est-à-dire celui des gens « du peuple ». Dans les contes, c’est toujours le « petit » qui gagne. Ma démarche est d’approfondir ce motif avec les « petits » d’aujourd’hui. Dans ce sens que je vais entreprendre un travail avec des associations comme ATD quart monde, et des personnes en recherche d’emploi. »

Gigi va quitter le monde de la scène. Mais elle reste, plus que jamais, ancrée dans le travail sur le conte et sa merveilleuse richesse.

Vous pourriez aussi aimer...

  • Rentrée 2015 et nouveau site
  • Circulade du conte 2015
  • K-Guennoun-Credit-photo-JC-Tardivon-2.jpg 15, 16 et 17 mai 2015: Stage avec Kamel Guennoun
  • 5eme_groupe__lo.jpg Finalisation d'AET au collège Paul Dardé, Lodève
  • AAA_les_voyages_de_Dixmots-2__3_.jpg les voyages de DIXMOTS à la médiathèque Edmond Charlot
  • Les Ateliers 2015
  • voeux_plage_2015.jpg 2015
  • atelier Veillée conte